AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aimée, poupée vivante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le passeur
Admin
avatar

Date d'inscription : 03/01/2015

Feuille de personnage
Points:: 0
Sous genre:: Je vous laisse gérer ça !
Disponibilité RP:: Oui/Non (enlever le mot inutile)

MessageSujet: Aimée, poupée vivante   Jeu 21 Juil - 11:37


Aimée, poupée vivante






Nom: Elle n'en a pas.
Prénom: Aimée
Age : En apparence, elle est approximativement entre 17 et 20 ans, mais en réalité, étant née en 1905, elle a 265 ans.
Groupe: Favori
Sous genre: Poupée de porcelaine




«Le jour sourira, la nuit pleurera, ogresse tristement un baiser recevra et tu seras belle aux yeux de ton amour.»-Shrek







Description physique

Aimée est une vraie poupée de porcelaine, et ce n'est pas qu'une expression. Crée avec la plus grande délicatesse, seuls ses articulations visibles et son teint pâle et lisse trahissent ce poupon grandeur nature. N'étant pas humaine, sous cette peau froide,  ne se cache qu'une horloge, à la place d'un cœur, qui lui permet s'animer. Cependant, cette nature n'est pas révélée aux yeux de tous. Seule les habitants de son village et une poignée d'élus ont connaissance de ce secret. Elle cache ses articulations disgracieuses aux yeux des habitants: recouvrant ses mains de gants et s'habillant de robes longues et coquettes, sur mesure à sa petite taille, se faisant passer pour l'une des leurs pour éviter d'effrayer ou d'être discriminée, mais elle profite également de cette parure trompeuse pour les berner. Après tout, personne n'entrait dans son village, ils l'apercevaient juste de loin, certains plus proches que d'autres, mais personne n'était assez près pour se douter de quoique ce soit. De loin, elle paraissait juste d'une jolie jeune fille, aux longs et soyeux cheveux roux et aux prunelles vertes intenses. Le fait qu'elle ne prenne pas un ride avec les années n'était pas non plus source de soupçon: après tout, elle était des élues du passeur et son rôle était primordial. Il était normal qu'un dieu lui accorde l'immortalité. Son secret était donc bien gardé.




Description morale:

Cette poupée aime beaucoup jouer entre ce qu'elle est et ce qu'elle fait croire aux autres qu'elle est. Pas qu'elle soit mauvaise…! Enfin, peut-être un peu sur les bords, mais là n'est plus la question. Elle a une image à tenir, qui est si importante qu'elle fait aussi partie du rôle que le Passeur lui a confié, garantie de paix entre les poupées et les habitants. Se conduire en jeune femme généreuse, au sens du sacrifice, prête à tout pour aider les siens, timide et pieuse, tellement gentille qu'elle frôle la niaiserie… Presque le parfait contraire de sa véritable nature ! Pourtant, cette fausse parfaite Mary Sue s'amuse à prétendre être ce qu'elle n'est pas: Elle se moque au second degrés, s'amuse à exagérer et se délecte de la stupidité des autres. Et quand enfin ces gens parasites sont hors de vue, en un instant elle passe du coq à l'âne et être elle-même. Mesquine, piquante, avec parfois des petits penchants pervers et seule dans son petit monde. A ses yeux, personne ne compte, si ce n'est elle-même….Enfin, c'est encore une fois ce qu'elle laisse paraître. Encore une couche de mensonge. Il est vrai qu'elle est très individualiste et qu'elle passe avant tout, mais personne n'est ni tout noir ni tout blanc. Elle a une grande tendresse pour les siens et se plait à les protéger du venin des gens de dehors. Elle sait également se montrer sympathique si on la fréquente et l'accepte comme elle est, tordue mais pas monstrueuse. A une certaine mesure, elle peut même s'attacher et placer cette personne dans ses seules priorités, juste après elle, sans que celle -ci n'en sache rien. Malheureusement, quelques effets secondaires peu sains peuvent également se développer suite à cet attachement, comme une possessivité à outrance. Elle déteste les habitants et les craint à la fois, suite aux discriminations dont les siens sont victimes à cause d'eux, et qu'ils auraient sûrement envers elle s'ils découvraient sa nature. Elle possède une empathie particulière envers les créatures et est indifférente aux voyageurs. Elle n'apprécie que ses collègues apôtres à sa manière et adore son créateur et maître, Le Passeur. Tout cela, définit qui elle est.

Pourtant quand l'horloge sonne les coups de minuit, rien n'est défini. Arrêt cardiaque brutal et elle se réveille, différente. Elle ne saurait dire si elle n'était plus elle-même ou si au contraire, elle l'était enfin. Comme toute poupée, des pulsions et des pensées meurtrières s'insinuent délicatement dans tout son être. Tout intrus dans la ville doit souffrir puis mourir. Voir gicler le sang, entendre les cris de souffrance, voilà ce qui importait et qui primait sur tout le reste. Contrairement à d'autres poupées qui ne peuvent se contenir et deviennent incontrôlables et sauvages, elle a une bonne maitrise d'elle-même. Elle peut toujours faire semblant d'être humaine, mais la supercherie est loin d'être parfaite et n'est pas éternelle. Ses regards fixes et ses sourires effrayants, sa voix qui part vers les aigus, spasmes ou regards attardé sur un couteau, agissements incohérents, ou éclats de rire psychotiques… Bien des choses peuvent la trahir. Mais cette couverture éphémère est souvent suffisante pour tromper et piéger les voyageurs à qui elle fait passer son épreuve et en sort souvent victorieuse, son imagination morbide et son amusement satisfaits. Puis quand les premiers rayons du soleil touchent l'horloge, après avoir fait tant couler le sang, elle redevient elle-même. Et à la vue de ces vies innocentes retirées, un simple haussement d'épaules.








Histoire:

Aimée n'a pas eu ce qu'on appelle "une enfance". Elle est née comme elle est, peut-être un brin plus innocente. Elle n'était même pas crée qu'une lourde responsabilité pesait sur ses épaules: en effet, l'heure était grave. Les poupées enchainaient meurtres sur meurtres, de manière inexpliquée et les habitants terrorisés à raison ne souhaitaient que leur disparition. Le génocide était à deux doigts de se dérouler, quand le Passeur décida qu'il devait passer à l'action. Il fallait un gardien à ce village, et quelqu'un qui puisse calmer le courroux des habitants. Un lien, même mensonger, entre ces deux mondes. Alors, il alla rencontrer l'horloger, et lui demanda une poupée spéciale. Elle devait être grandeur nature et de porcelaine, pour berner les habitants. Il y avait eu deux pantins semblables à elle dans le passé, mais elles étaient fissurées et légèrement difformes, contrairement à la perfection du poupon spécial, et avaient été éliminées par un habitant en colère il y a longtemps de cela.

Cinq jours durant alors, l'horloger la fabriqua avec passion, se jetant corps et âme dans son œuvre. Elle devait être parfaite. De ses doigts de fée, il produit un travail des plus délicat, jusqu'au bout de ses cils. Même sa peau froide et lisse avait quelque chose de vivant. Mais qui a dit que toutes les fées étaient bienfaisantes ? A ce bijou de porcelaine, dans les rouages de son cœur, il y inscrit un destin funeste, comme toutes les autres avant elle. Toutes les nuits, un instinct meurtrier se réveillerait et prendrait le dessus. Tout ce qui n'était pas poupée devait mourir.

Quand elle naquit, elle ne pouvait bouger. Immobilisée sur une table, complétement nue, ses premières minutes d'existence ne furent que panique. Elle voulut crier, mais aucun son ne sortait. Alors qu'une larme de peur coulait sur son visage trop lisse, un doigt de chair vint l'essuyer fébrilement. Elle leva les yeux. Au dessus d'elle, un bel homme brun et négligé la manipulait de ses mains, avec divers outils inconnus. Un sentiment de dégoût profond la prit soudainement en voyant de visage, sans qu'elle ne sache pourquoi. Il la contemplait avec une sorte d'adoration, d'euphorie qui semblaient être puissants à un point qui frôlait l'instabilité mentale.

"-Regarde ça…Une larme…Une larme ! Tu pleures, ma créature, tu pleures…. Tu es tellement parfaite, si…Vivante… Ma plus belle création. Le Passeur le savait ! Il voulait que tu viennes au monde…Tu es aimée, si aimée….C'est cela ! Aimée ! C'est ainsi que sera ton nom à présent !"

Nouvelle qu'elle accepta sans broncher. Sa panique passée, bien qu'un léger malaise permanant restait toujours, elle tenta de contempler le monde autour d'elle. Elle ne vit rien d'autre que des papiers empilés. Un ennui profond fit alors place. Elle pensa et se construit alors une conscience véritable, pendant qu'elle écoutait d'une oreille distraite l'homme étrange qui parlait enthousiasmé de l'amour de sa vie. L'amour…Qu'est ce qu'était l'amour ? Elle n'en ressentait pas. Elle n'avait sûrement pas été crée pour cela. Alors pour quoi donc ? Apparemment un certain Passeur l'avait fait naître. C'était son véritable père, pas cet homme fou. Il ne le pouvait pas. Elle ne serait jamais la fille de quelqu'un qui lui donnait envie de vomir ou de le pousser dans un grand trou et de lui écraser la tête ensuite. Cette répulsion était inexpliquée pour l'instant, mais Aimée était certaine qu'il y avait une raison.

Plus tard, après des interminables heures d'immobilité et d'ennui, l'horloger consentit enfin à la libérer de la table. Avec étonnement, son corps encore un peu gauche se mouvait avec fluidité. Cette découverte fut interrompue par le brun impatient:

"-Allez, parle ! Dis quelque chose !"

Au début,  elle n'ouvrit pas la bouche, un peu hébétée. Quels pourraient bien être ses premiers mots ? Que dire quand mille et une questions l'assaillaient de partout…? Puis, elle vit vite ses premières priorités et lâcha avec froideur:

"-Donnez moi votre veste, je suis mal à l'aise sans tissus pour me recouvrir."

Le jeune homme gloussa de joie à l'entente de sa voix puis satisfit son souhait. Alors qu'elle parcourait la pièce en cherchant une éventuelle sortie, un bruit attira son attention. Un homme grand, aux allures de gentleman et au grand chapeau haut de forme cachant son visage sortir de l'ombre du coin de la pièce. Contrairement à l'horloger qui n'attirait que mépris, cet homme lui évoquait un grand respect, une adoration nouvelle pour elle. Quand il s'approcha d'elle, elle ne put que se mettre à genoux. Elle savait. C'était lui. Son père. Le Passeur. Il se pencha à son oreille et murmura des mots envoutants. Quand il la congédia, elle savait exactement quelle était sa mission.

L'horloger par la suite, lui avait ordonné de rester enfermée dans la pièce, car il devait se rendre dans le village voisin et lui acheter des vêtements permettant de cacher entièrement ses articulations. Bien qu'elle ait acquiescée sur le moment, elle n'avait aucune intention de lui obéir. Elle venait de naître, et il y avait tant de choses à voir, en prenant aussi en compte qu'elle devait rapidement se familiariser avec le lieu de sa mission. Alors elle sortir et découvrit ensuite son village. Personne n'était comme elle: bois, Crystal, pierre, Nix, Goeffoj, Xoshell … Mais aucune porcelaine. Alors qu'elle arpentait les rues, elle se fit violemment pousser contre un mur par un pantin en bois. Elle se rattrapa de justesse et se retourna vers l'agitateur, qui souriait:

"-Oups, pardon, je n'ai pas fait exprès ! "

Aimée sourit à son tour.

"-Il n'y a pas de mal."

Elle attendit que son interlocuteur se retourne et reprenne son chemin pour lui faire une traitre balayette, qui l'envoya à terre. Elle sourit cruellement, les rôles inversés.

"Oups pardon, je n'ai pas fait exprès…héhé."

Elle se sentait enfin elle-même. Le pantin se mit à rire, encore à terre. La nature perverse des poupées était visible au grand jour.

"-Il n'y a pas de mal. Tu es des nôtres."


***

Aimée avait réussi à retrouver son chemin avant le retour de l'horloger, et après avoir enfilé une robe encombrante et sur-décorée, il la traina aux portes de la ville. Derrière le portail en fer forgé encore ouvert, était agglutiné un groupement d'habitants aux allures hostiles. Certains avaient été jusqu'à ramener des armes, sans pour autant s'en servir. Ils attendaient de voir la fameuse solution que le Passeur leur livrait. Elle se devait d'être à la hauteur, bien qu'à la vue de ces gens le même sentiments répulsif qu'elle avait eu avec l'horloger se manifestait. Elle ne les aimais pas. Elle n'aimait pas ces êtres de chair et de sang. Pourtant, elle devait être comme eux, telle était sa mission. Alors elle prit un grand sourire niais et s'exclama:

-Bonjour à tous et à toutes, et merci pour votre patience !

Les gens commencèrent alors à s'agiter entre eux: qui était cette enfant aux airs de petite fille gâtée ?

-Je suis Aimée, désormais gardienne de ce village sous les ordres du Passeur, enchantée !

Elle fit une révérence respectueuse exagérée alors qu'elle ricanait intérieurement de ce comportement, tandis que les murmures de la foule s'intensifiaient. Le passeur ?

-Je suis ici pour faire en sorte de stopper la vague de meurtres alors je vous en prie soyez coopératifs ! Arrêtez vos émeutes et vos représailles ! Pour construire une paix nouvelle, ce genre de comportement est toxique !

Ses yeux faussement suppliants et son minois adorable suffirent à contenter certains. Mais les plus farouches protestèrent, et cela était légitime. Ils voulaient des résultats avant la fin de la semaine, où ils seraient impitoyables. Elle leur assura alors avec détermination qu'ils auraient ces résultats. Ils repartirent donc, sceptiques ou convaincus.

Après ce discours d'espérance dont elle ne pensait pas un mot, Aimée vit partir l'horloger. Il lui assura qu'il serait de retour avant la nuit mais qu'elle devait, quoiqu'il arrive, fermer les portes avant minuit et vérifier que tous les habitants soient bien présents. Il lui fournit donc une liste, et une grosse clef qu'il lui attacha autour du cou avant de partir.

Pourtant, les heures passèrent et il ne revint pas. Tant pis pour lui ! Elle monta sur l'horloge qui surplombait alors la ville et invita alors ses chers frères et sœurs à se rassembler. Un appel géant commença alors. Après cela, elle ferma les portes. Sa tâche accomplie, elle trouva la maison construite pour elle et s'y installa, en attendant minuit.

***


Les premiers rayons du soleil touchèrent l'horloge. Tout redevint alors paisible. Aimée reprit ses esprits, un peu bouleversée par l'expérience qu'elle venait de vivre. Il n'y avait eu aucune conséquence mais elle savait. Cet horloger pervers était à l'origine de tout cela, elle aurait du s'en douter. Devenir incontrôlable, possédée par le désir de violence. Unique. Elle ne savait si cela était bénéfique ou néfaste mais elle s'en moquait. Elle était elle-même. Et tant qu'elle continuait d'assurer sa mission, il n'y aurait pas de problèmes.

Le temps passa. L'horloger ne revint jamais, mais elle s'en moquait. Elle assurait sa mission, devenait psychotique toutes les nuits et vivait sa vie de jour, mesquine et piquante, s'amusant de tout, dont le malheur des autres. Les habitants s'étaient attachés à elle, la pensait simple habitante avec une âme pure, alors qu'elle les haïssait. Sa routine interminable commençait cependant à la lasser. Soudain, le Passeur revint la voir avec une nouvelle mission des plus amusantes: des habitants d'un autre monde arrivaient en masse dans le coin, et ils souhaitaient envahir l'endroit. Quels idiots… Elle devait les amadouer, faire en sorte de les faire rester la nuit et de les enfermer avec eux. Après une nuit d'enfer, elle laisserait partir les survivants. S'il y en avait. Alors elle se mit à la tâche avec cœur, alternant réunions avec ses collègues favoris et mission. Pourtant, avec 265 ans d'existence… Elle finit toujours par s'ennuyer. De moins en moins de gens lui rendent visite, et elle veut s'amuser. Mais tout cela changera quand elle vous rencontrera…N'est-ce pas ?



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://joueraveclafolierpg.forumactif.org
 
Aimée, poupée vivante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Aimé Césaire est mort.
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» J'aurai tant aimé être à sa place [PV : Nami]
» Une chatte emmurée vivante miraculée pour la fin d'année...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Through the Glass :: Vos premiers pas. :: Présentation des personnages. :: Fiches validées.-
Sauter vers: